Problème, je te quitte

Problème, je te quitte

195
PARTAGER

Cher compagnon,

Quand t’es apparu brusquement dans ma vie, je refusais ta présence à mes côtés. Je luttais à la réalisation de mes projets et ambitions. De tes avances, je détournais le regard et je te répondais très souvent que « me tourner autour ne te donnera ni plus d’importance ni plus de force ». J’ai été impoli et récalcitrant, je l’avoue.

Ô toi maitre du cercle vicieux, ta persévérance est sans égal. Tu ne t’es pas découragé et tu t’es peu à peu accroché à ma chair telle une deuxième peau. Tu connaissais les rouages des difficultés et je t’ai ignoré. Je m’en excuse vraiment pour cela.

Tu te souviendras sans doute qu’après avoir inutilement lutté durant plusieurs années, j’ai succombé à tes charmes. Et je dois te dire, ç’a été les moments les plus précieux de ma vie. Je me souviens surtout que tu m’attendais patiemment après les échecs aux examens, concours et entretiens d’embauche, prêt à me tendre ton épaule pour me consoler. Ensuite les jours suivants, on se délectait de mes défaites en trinquant à la bonne santé de la dépression. Tous ces souvenirs, je les ressasse actuellement devant une bonne Guinness, ta préférée.

Aussi, j’ai appris le plus important, j’ai appris avec toi comment naissent les difficultés. En effet, il y a plusieurs situations et tu agis au cas par cas parce que les gens sont différents et n’ont pas les mêmes désirs, plaisirs et vices. En ce qui me concerne : lorsque j’écoute les conseils de ma copine et tout va bien, tu me présentes toujours une superbe fille qui répond à tous mes critères physiques et intellectuels. T’es quelqu’un de vraiment brillant ; tu mets les hommes fassent à leurs désirs les plus ardents afin de les détourner de leurs objectifs et tu sonnes le début des difficultés.

Compagnon,

Il y a un mais. La vie avec toi est devenue monotone, c’est tout le temps les mêmes histoires et je les maîtrise à la perfection. Je sais comment ne pas m’en créer surtout. Tu manques d’ambition tandis que moi j’en ai. En fait je n’ai jamais perdu mes objectifs de vue. Tu ne me quitteras pas, je sais. Alors c’est moi qui pars. Je te remercie sincèrement pour toute l’expérience que tu m’as transmise et je te souhaite de trouver de nouveaux et bons compagnons.

En espérant ne plus te revoir, agrée l’expression de mes sentiments distingués très cher.

Cordialement,

PARTAGER
Originaire de Côte d'Ivoire, Cédric est intéressé par les faits de société (habitude, coutume ou tradition) qui font obstacle à l'évolution des mentalités en Afrique. Fervent défenseur des droits de l'homme, il prend toujours parti pour les minorités et les plus faibles. Pour lui, changer l'Afrique recommande que l'on tape sur ses propres doigts et marche sur ses propres orteils. Il donne son point de vue (souvent avec sarcasme) sur bttvillage.com et est ouvert à toute remarque.

LAISSER UN COMMENTAIRE