Homosexualité : dieu et l’Africain unis pour le meurtre

Homosexualité : dieu et l’Africain unis pour le meurtre

1204
PARTAGER

En Afrique, l’homosexualité est sévèrement réprimée soit par les États soit les populations elles-mêmes. On humilie, on lynche les homosexuels. L’Africain les « bombarde » au nom de dieu sous le silence ou la complicité de son épouse l’église.

L’ironie d’un mariage entre dieu et l’Africain

Entre l’Africain et la religion, il y a une histoire d’amour. Cela peut paraître ironique dans la mesure où les premiers contacts entre ces deux amoureux remontent aux périodes de l’esclavage. A l’origine, il y a d’abord de la douleur qui va se muer progressivement en un lien intime d’amour. Mais ne dit-on pas que souffrance et amour vont de paire ? C’est tout à fait normal que de l’un naisse l’autre, ou inversement.

D’ailleurs pourrait-on s’interroger, pourquoi ces pauvres africains se méfieraient-ils de ces religions qui ont activement participé à l’esclavage des noirs ? Pourquoi détesteraient-ils des religions qui ont contribué au meurtre de millions d’africains ? Cela n’aurait pas de sens.

Pour une grande majorité d’africains, il faut aimer son bourreau car dieu recommande d’aimer son prochain. Ce serait par conséquent une folie de se souvenir que l’Église a prononcé des enseignements qui déshumanisent l’homme noir et dont la conséquence a été son animalisation et une dure violence à son encontre. L’homme africain habitué à ne pas tirer les conséquences de son histoire, ne se questionne pas sur le rapport qu’il entretient avec son semblable humain. Bien au contraire, il a épousé ces religions comme on épouse sa compagne et a bu ses interprétations des livres dits saints. Quoique, parfois on se demande si l’on fait le bon choix lors d’un mariage.

L’interdiction divine et la stigmatisation de l’homosexualité

Athanase Balla, Évêque émérite

Aujourd’hui comme hier les actes de haine et de violence contre des êtres humains, les homosexuels en l’occurrence -incités par des amalgames des religions- font bon train en Afrique. Cette fois ce n’est pas la couleur de peau qui pose problème mais plutôt l’orientation sexuelle. L’église pense, l’Africain adopte l’idée et la met en pratique. Ces deux grands humanistes ont trouvé justification divine à la stigmatisation de l’homosexualité : c’est une abomination. « Tu ne dois pas coucher avec un mâle comme on couche avec une femme. C’est une chose détestable » Lévitique 18:22 (Bible)

Même si officiellement, l’église tente de faire croire que l’homosexualité est seulement vue comme un péché par le christianisme et rien de plus. Souvent, elle ne se prive pas de faire des amalgames. Lors d’un reportage de la chaîne d’information France 24 en 2014, la haute autorité religieuse de Bafia (Cameroun), l’évêque émérite Athanase Balla affirmait « Il y en a qui en parle comme s’il n’y avait pas eu sodome et gomorrhe. Dieu a bombardé sodome et gomorrhe. C’est le 1er bombardement ». L’homme de dieu a parlé. Pourquoi l’Africain devrait-il s’opposer à la voix de dieu ? Le message est reçu 5/5 jusqu’à Bidjocka Sismondi du Rassemblement de la Jeunesse Camerounaise pour qui « l’homosexualité, c’est un crime contre l’humanité. c’est des animaux qui doivent se cacher parce que cette race n’existe pas chez nous ». Dans la tête de ce bonhomme, les homosexuels réduits à la condition animale sont coupables de leur différence, de s’être aimés. Il mérite vraiment le prix Nobel de l’intelligence ce gars.

Sismondi Bidjocka, porte-parole du RJC

En tout cas, faites le rapprochement entre « bombardement », « des animaux » et imaginez ce que peut être la conséquence.

C’est le bombardement de ces animaux d’homosexuels

La conséquence est le bombardement des homosexuels. Actuellement, 34 pays sur 53 en Afrique criminalisent l’homosexualité. On peut faire de la prison à vie à cause de son orientation sexuelle. Parfois la peine encourue est la peine de mort. Dans ce cas, l’État assume la responsabilité de tuer légalement des êtres humains. En 2013, le Président Équato-guinéen Obiang Nguema, pour justifier l’attitude des africains face à l’homosexualité disait « dieu a créé le monde et nulle part, la femme n’est allée avec une autre ou bien un homme avec un homme. Même dans la bible, dieu a châtié sodome et gomorrhe »

Obiang Nguema, Président Equato-guinéen

Ce bombardement, s’il n’est pas organisé par les structures pénales de l’État, ce sont les populations elles-mêmes qui s’en chargent comme pour pallier aux insuffisances de l’État. Là aussi le châtiment peut aller d’une humiliation -bastonnades filmées- à la mort. Elles se réjouissent de la mort d’un homosexuel en Afrique ou ailleurs dans le monde. Souvenez vous de l’attentat dans un bar gay à Orlando (États unis) par d’autres assassins de dieu, les terroristes. On a pu constater des applaudissements sur les réseaux sociaux. Quand un terroriste tue un homosexuel, des applaudissement retentissent en Afrique.

A croire qu’il n’y a pas de différence entre l’Africain, le terroriste et dieu.

PS : Bonne semaine sainte aux chrétiens qui après avoir prié la résurrection du christ, feront du mal aux homosexuels au nom de lui

PARTAGER
Originaire de Côte d'Ivoire, Cédric est intéressé par les faits de société (habitude, coutume ou tradition) qui font obstacle à l'évolution des mentalités en Afrique. Fervent défenseur des droits de l'homme, il prend toujours parti pour les minorités et les plus faibles. Pour lui, changer l'Afrique recommande que l'on tape sur ses propres doigts et marche sur ses propres orteils. Il donne son point de vue (souvent avec sarcasme) sur bttvillage.com et est ouvert à toute remarque.

1 COMMENTAIRE

  1. L’objet de cet écrit n’est pas d’épiloguer sur l’homosexualité mais de rectifier une inqualifiable méprise de la connaissance de Dieu par l’Africain. L’histoire entre Dieu et l’Africain ne remonte pas à l’esclavage. C’est archi faux. Je ne prétend pas connaître toutes les langues africaines mais dans toutes celles que je connais il existe un mot pour désigner Dieu. Et ces mots ne sont pas venus avec les blancs ou les arabes en Afrique. C’est connu, on ne donne pas de nom à ce qu’on ne connait pas, à ce qu’on ne conceptualise pas. Dans la totalité des langues africaines qui sont parlées chez moi, il n’y a pas de mot pour désigner la télévision ou l’avion par exemple. Alors d’où cette idée que ce n’est qu’avec la pénétration blanche en Afrique que les Africains ont découvert Dieu. S’il est condamnable d’être homophobe, il l’est encore plus d’être raciste. Parce qu’avant d’être hétéro ou homo, nous sommes avant tout des humains quelque soit la couleur de la peau. Et dire que les africains n’ont découvert Dieu qu’avec les blancs, c’est ce qu’on appelle le racisme ordinaire, pernicieux, rompant.

LAISSER UN COMMENTAIRE